Navigation – Plan du site
Perceptions et définitions de la nation par les juifs eux-mêmes

« Israël et Nations du monde » : loi et identité dans les formules des actes juifs médiévaux

“Israel and the Nations of the World”: Law and Identity in the Formulae of Medieval Jewish Documents
Judith Olszowy-Schlanger
p. 255-271

Résumés

Les contrats juifs d’Orient et d’Occident au Moyen Âge contiennent une formule de validité auprès des tribunaux juifs comme des tribunaux des « Nations du monde ». Formule figée du jargon juridique, cette phrase recouvre néanmoins une réalité légale autorisant les juifs à recourir à la justice rabbinique ainsi qu’à la justice de la société non-juive environnante. Les autorités rabbiniques ont cependant cherché à limiter le recours aux tribunaux non juifs. Cet article examine quelques cas illustrant la réaction rabbinique, tirés des corpus de la Geniza du Caire et de l’Angleterre médiévale. Motivée, certes, par le désir de renforcer le pouvoir des tribunaux juifs, l’opposition au recours aux tribunaux des « Nations du monde » implique aussi la conscience du rôle cohésif de la loi talmudique pour les communautés juives de la diaspora.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le pluralisme légal des juifs au Moyen Âge
La réaction rabbinique
Conclusions

Aperçu du début du texte

De nombreux actes juridiques juifs médiévaux d’Orient et d’Occident contiennent une formule déclarant que la transaction est valide « devant les tribunaux d’Israël et devant les tribunaux des nations du monde ». Cette formule figée du jargon juridique reflète néanmoins la capacité réelle d’une transaction à être reconnue devant des instances relevant de systèmes juridiques différents. En même temps, cette formule exprime très clairement une distinction faite entre la loi juive et la loi des autres et résume la conscience des juifs de constituer un groupe cohérent, dont l’identité commune s’exprime au niveau de leur loi. Ce rôle cohésif de la loi talmudique fait l’objet de cet article. Après une brève présentation du pluralisme légal qui régissait les communautés juives médiévales, nous allons nous pencher sur les stratégies mises en place pour éviter le recours aux tribunaux non juifs pour préserver une certaine autonomie juive.

La formule qui distingue Israël et les אומות, les « Nat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Olszowy-Schlanger, « « Israël et Nations du monde » : loi et identité dans les formules des actes juifs médiévaux », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2017, 255-271.

Référence électronique

Judith Olszowy-Schlanger, « « Israël et Nations du monde » : loi et identité dans les formules des actes juifs médiévaux », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rhr.revues.org/8737 ; DOI : 10.4000/rhr.8737

Haut de page

Auteur

Judith Olszowy-Schlanger

École pratique des Hautes Études
Institut de recherche et d’histoire des textes
judith.schlanger@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org