Navigation – Plan du site
Les formes de l’insertion sociale ou la nation juive reconnue par les chrétiens

Universitas et natio. La fides des juifs dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge

Universitas and Natio: The fides of Jews in Iberian Cities in the Late Middle Ages
Claude Denjean
p. 337-358

Résumés

Si les travaux antérieurs ont établi qu’une nation juive n’était pas explicitement considérée, l’observation des hommes d’affaires démontre que les juifs ne sont pas une natio étrangère, tout en présentant des caractères comparables aux Italiens des « nations marchandes ». Le jeu entre les stratégies marchandes et les représentations de l’usure déterminent les caractères économiques de l’appartenance nationale, déterminant des mécanismes à la fois intégrateurs et porteurs en germe d’exclusion, selon une évolution non linéaire et dialectique. Cette nation à l’ancienne sans natio, paradoxale mais déclinée au présent, se retrouve dans l’espace textuel de la nova d’Esther ou du récit de voyage, plus ressentie que territoriale, politique ou juridique et certainement pas univoque.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une nation (imparfaite), sans le nom ? Nation juive et nations marchandes
Être d’ici et de là-bas
L’attachement à un lieu d’origine
S’insérer, s’intégrer et perdre son appartenance nationale
Des caractères économiques de l’appartenance nationale
Le jeu fluctuant des activités « nationales »
Une agrégation nationale faible
La nation avant la natio
La nation juive en courtoisie : Le roman d’Esther
Peuple et nation dans le récit de voyage de Benjamin de Tudèle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Si nous exprimons de manière lapidaire les conclusions de la réflexion conduite pour le colloque de la Société des Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, il n’y a pas véritablement une nation juive au Moyen Âge. Quant à découvrir des témoignages qui emploieraient le terme « natio » pour désigner les juifs méridionaux et ibériques, quant à trouver ce terme en langue vernaculaire ou une traduction valide en hébreu sous la plume des juifs eux-mêmes de manière assez fréquente, il faut attendre la fin du xve siècle, dans un contexte de conversion au christianisme et non plus dans celui de l’affirmation fière, au xiiie siècle, d’une culture et d’une religion. S’il s’agissait de rechercher les origines médiévales d’un quelconque « sentiment national » ou d’une ethnogenèse juive qui s’ancrerait dans un passé antique glorieux pour rassembler un peuple autour d’une origine, d’une langue et même d’un territoire – quand bien même il serait mal « territorialisé » – le médiéviste doit se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Denjean, « Universitas et natio. La fides des juifs dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2017, 337-358.

Référence électronique

Claude Denjean, « Universitas et natio. La fides des juifs dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rhr.revues.org/8746 ; DOI : 10.4000/rhr.8746

Haut de page

Auteur

Claude Denjean

Université de Perpignan
claude.denjean@sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org