Skip to navigation – Site map
Les formes de l’insertion sociale ou la nation juive reconnue par les chrétiens

Universitas et natio. La fides des juifs dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge

Universitas and Natio: The fides of Jews in Iberian Cities in the Late Middle Ages
Claude Denjean
p. 337-358

Abstracts

While previous works have established that the Jewish nation was not explicitly considered as such, examining the case of businessmen can reveal that the Jews were not a foreign natio and demonstrated a character comparable to that of the Italians of the “merchant nations”. Interaction between business strategies and representations of usury determined the economic characteristics of national affiliation, thus determining mechanisms that could at the same time favor integration or lead to exclusion, following a non-linear, dialectic evolution. This old-fashioned nation without a natio, paradoxical but declined in the present, can be found in the textual space of the nova of Esther or of the travel narrative, was more affective than territorial, political or juridical, and was certainly not unequivocal.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Une nation (imparfaite), sans le nom ? Nation juive et nations marchandes
Être d’ici et de là-bas
L’attachement à un lieu d’origine
S’insérer, s’intégrer et perdre son appartenance nationale
Des caractères économiques de l’appartenance nationale
Le jeu fluctuant des activités « nationales »
Une agrégation nationale faible
La nation avant la natio
La nation juive en courtoisie : Le roman d’Esther
Peuple et nation dans le récit de voyage de Benjamin de Tudèle
Conclusion

Text / first lines

Si nous exprimons de manière lapidaire les conclusions de la réflexion conduite pour le colloque de la Société des Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, il n’y a pas véritablement une nation juive au Moyen Âge. Quant à découvrir des témoignages qui emploieraient le terme « natio » pour désigner les juifs méridionaux et ibériques, quant à trouver ce terme en langue vernaculaire ou une traduction valide en hébreu sous la plume des juifs eux-mêmes de manière assez fréquente, il faut attendre la fin du xve siècle, dans un contexte de conversion au christianisme et non plus dans celui de l’affirmation fière, au xiiie siècle, d’une culture et d’une religion. S’il s’agissait de rechercher les origines médiévales d’un quelconque « sentiment national » ou d’une ethnogenèse juive qui s’ancrerait dans un passé antique glorieux pour rassembler un peuple autour d’une origine, d’une langue et même d’un territoire – quand bien même il serait mal « territorialisé » – le médiéviste doit se...

Top of page

References

Bibliographical reference

Claude Denjean, « Universitas et natio. La fides des juifs dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2017, 337-358.

Electronic reference

Claude Denjean, « Universitas et natio. La fides des juifs dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge », Revue de l’histoire des religions [Online], 2 | 2017, Online since 01 June 2019, connection on 19 November 2017. URL : http://rhr.revues.org/8746 ; DOI : 10.4000/rhr.8746

Top of page

About the author

Claude Denjean

Université de Perpignan
claude.denjean@sfr.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Revues.org