Navigation – Plan du site

Il demone nell’ampolla”: Solomon, Virgil, Aeolus, and the Long Metamorphosis of Rain Rituals and Wind-Taming Practices

« Le diable dans la bouteille ». Salomon, Virgile, Éole et la longue métamorphose des rituels de la pluie et des pratiques d’apprivoisement du vent
Allegra Iafrate
p. 387-425

Résumés

L’analyse que je propose ici vise à démontrer que le cliché du démon dans la bouteille, très populaire dans la culture européenne, ne représente pas seulement la visualisation d’un instrument typique du magicien ni un simple motif du folklore malgré sa très large diffusion dans le temps et l’espace. Ma thèse est que cette idée du démon emprisonné dans la bouteille est le résultat de la rencontre de deux traditions différentes et distinctes : une conception archaïque, qui a son origine dans le désir de contrôler les forces naturelles (en particulier les vents), et une tradition plus récente, qui, à partir de la fin du premier siècle après J.-C., associe démons et bouteilles, surtout dans le contexte culturel de Jérusalem. Successivement, grâce à la présence combinée de ces motifs au sein du texte pseudo-épigraphique connu comme Le Testament de Salomon, les deux traditions furent attribuées à Salomon qui, à partir de l’antiquité tardive, était associé à la démonologie et incarnait le rôle du nécromant par excellence.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

“Avere il demone nell’ampolla”
Virgil magus and the Cumae Sibyl
Entrapping Demons in the Testament of Solomon
Ephippas, Aeolus’s bag and Wind-Taming Techniques
Kynopegos, the “Recycling” Process of Sukkot Bottles and Healing Practices
Conclusion

Aperçu du début du texte

Ipse etiam quandoque fui servire coactus
germano cuidam, crystalli in corpore clausus
sed me barbatus tandem fraterculus illis
exemit vinclis, et fracto carcere fugi.
(Marcellus Palingenius Stellatus, Zodiacus Vitae, X, 805‑8)

The final scene of I Married a Witch, a romantic comedy directed by René Clair in 1942, shows Veronica Lake – the witch of the title – luring the spirit of her father into a whiskey bottle and corking him inside. The wizard Daniel, who up until this point has strongly opposed his daughter’s marriage to a mortal man, against whom he has sworn eternal vengeance, can do nothing but resign himself to spending the rest of his days drunk and harmless inside the container. Although the movie was based on The Passionate Witch, a 1941 novel by Thorne Smith, the final twist of the story represents, on a humorous note, the final link in a long-established chain of tropes featuring demons entrapped in various containers, such as flasks, bottles, ampoules, phials, decanters or ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Allegra Iafrate, « Il demone nell’ampolla”: Solomon, Virgil, Aeolus, and the Long Metamorphosis of Rain Rituals and Wind-Taming Practices », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2017, 387-425.

Référence électronique

Allegra Iafrate, « Il demone nell’ampolla”: Solomon, Virgil, Aeolus, and the Long Metamorphosis of Rain Rituals and Wind-Taming Practices », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rhr.revues.org/8752

Haut de page

Auteur

Allegra Iafrate

Kunsthistorisches Institut, Florenz – Max‐Planck‐Institut
allegra.iafrate@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org